La banque mondiale envisage le financement d’un projet d’appui a la gestion durable des ressources dans le moyen Bafing

0
323

Le cout est estime a près de 20 millions de dollars. L’annonce a été faite ce lundi par madame Maria Sarraf lead environnement economist de la banque mondiale, lors d’une audience avec la ministre de l’environnement des eaux et forêts.

La délégation de la Banque mondiale a été introduite ce lundi 5 Mars 2018 par l’office guinéen des parcs et réserves en présence de monsieur le Chef de Cabinet, celui du Conseiller des Eaux et Forêts, de la conseillère juridique et du directeur général de l’inspection au ministère de l’environnement des eaux et forêts. C’était une rencontre d’information et de prises de contacts avec les autorités de l’environnement sur la disponibilité de la Banque mondiale à accompagner le secteur de l’environnement à travers la réalisation d’un projet d’appui à la gestion durable des ressources dans le moyen Bafing. L’occasion pour Maria Sarraf de l’institution financière de faire une présentation sommaire de l’idée de projet axée sur trois principales composantes.

1- La première composante portera sur l’élaboration d’un plan de développement intégré à long terme ;

2- La seconde portera sur le renforcement des capacités d’intervention des cadres de la Direction Générale de l’Office Guinéen des Parcs et Réserves et élargir leur intervention sur l’ensemble du territoire national ;

3- Aider la direction générale du Bureau guinéen d’étude et d’évaluation environnementale (BGEEE) dans l’exécution des plans de gestion environnementale, la planification et la supervision.

Une présentation succincte qui a permis aux cadres présents de poser certaines questions de compréhension sur les procédures de gestion des fonds, et des appuis à apporter notamment à l’OGUIPAR ainsi que la prise en compte par la Banque des travaux effectués dans le cadre de la gestion des aires protégées terrestres frontalières à la Cote D’Ivoire, le Mali et le Sénégal. Des réponses satisfaisantes et rassurantes ont été données par la délégation par rapport à toutes les préoccupations émises.

Pour finir, la ministre de l’environnement Assiatou BALDE a souhaité le renforcement du Partenariat Public Privé (PPP) à travers le gouvernement. Elle poursuivra que, son département fera tout pour que le Projet prenne forme, par la réalisation des études d’impacts environnementales et sociales.

Elle a enfin remercié les partenaires pour les accompagnements envisagés et l’établissement des échanges fructueux profitables à toutes les parties.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here