AGRIPRENEURS : à la rencontre de Mountaga KANN

0
456

Sociologue de formation et technicien agricole de profession, Mountaga Kann nourrissait comme la plupart des jeunes Guinéens frappés par le chômage et le désœuvrement, à la recherche d’un avenir radieux, une envie d’immigration. Après avoir déchanté dans ce projet hypothétique, il va finalement se résoudre à affronter la réalité en face, celle du quotidien…

Courbé au beau milieu de sa magnifique plantation de piments à Kondeya, en train de faire la récolte, avec un visage radieux et révélateur, loin de ses folles années d’angoisse et de culpabilisation, une équipe d’agronews Guinée l’a rencontré ce vendredi 23 mars 2018 pour savoir comment il a réussi là où beaucoup de jeunes pensent que c’est impossible.

Être réaliste et oser entreprendre

Tel est le credo du jeune Mountaga. Il raconte «Autrefois, j’avais une envie folle de partir en Europe et j’ai tenté plusieurs fois de rejoindre l’Occident, mais ça n’a pas marché. C’est en ce moment que je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose qui peut me rendre tout de suite opérationnel et sans attendre d’être employé par une entreprise. C’est après cette remise en cause que j’ai décidé de me lancer dans l’agriculture. Aujourd’hui, je me sens bien dans ce domaine, parfois même je me dis si je savais la valeur de l’agriculture avant, j’allais faire des études agronomiques à l’université bien que la sociologie et l’agriculture se complètent » narre avec un enthousiasme qui flaire l’optimisme.

Il relate comment l’aventure a commencé « après mes études de sociologie des organisations et du développement communautaire à l’université, il fallait tout de suite trouver un point de chute donc un jour au cours de mes recherches de stage, j’ai vu un appel d’offre de l’Agence du Service Civique d’Action pour le Développement (ASCAD) où y avait une formation en agriculture. C’est en ce moment que j’ai postulé et j’ai été retenu après le test. »

Sa carrière dans le domaine agricole commence à ce moment-là « après 6 mois de formation civique et citoyenne à caractère militaire au camp Alpha Yaya, le centre m’a envoyé à Kindia pour apprendre l’agriculture dans un centre de formation agrobiologique ‘’FABIK’’. Dans ce centre j’ai appris les techniques agricoles de production en culture industrielle et maraichère. J’ai aussi eu la chance d’avoir une formation en entreprenariat agricole avec ‘’OSER INNOVER’’ qui d’ailleurs à l’issue d’un concours a financé un de mes projets sur l’agro-business ».

C’est après toutes ces formations et expériences acquises que Mountaga décide enfin de lancer dans l’agripreunariat

« Après cette expérience j’ai lancé mes propres activités agricoles à Kondéya (Kindia) où je fais essentiellement de la culture maraichère (piment, tomate, aubergine…) en associant des paysans qui sont des propriétaires terriens. Et moi en plus des conseils techniques que j’apporte, je m’investis également dans la fourniture des intrants. »

Il projette de s’investir dans la transformation artisanale de l’ananas….

« Actuellement je suis une formation dans l’innovation et les méthodes de transformation des produits avec l’université Américaine. À la fin de cette formation qui va durer 9 mois, je bénéficierai d’un financement qui va me permettre d’ouvre une petite unité de transformation (séchage d’ananas).

Il faut dire que mon objectif c’est d’aider les producteurs à pouvoir conserver leurs produits puisque vous conviendrez avec moi que la Guinée enregistre beaucoup de perte de fruits par manque de logistique et de méthodes de conservation et cette perte se répercute forcément sur l’économie.

Son conseil à l’endroit des jeunes Guinéens

Aux jeunes je leur dirai d’être réalistes face à la situation actuelle du pays. C’est vrai que l’État doit employer mais au même moment qu’ils se rendent à l’évidence que l’État ne peut pas employer tous  ces milliers de jeunes gens qualifiés ou non. La meilleure solution c’est de se bouger pour s’auto employer donc entreprendre.

Mountaga travaille actuellement dans le projet agricole GAS avec les deux ONG Winrock International et CNFA. Il est également un agent du projet « Avenir » auprès de la représentation d’une université Américaine basée en Californie qui est présente en Guinée et spécialisée dans l’horticulture et dans l’innovation de technologie de production post-récolte.

Reportage réalisé par Mamadou Bella Doumbouya depuis la cité des agrumes.

Pour agronews Guinée

623 52 19 22

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here