Ravageurs et maladies des cultures: la Guinée doit faire face aux chenilles d’automnes

0
948

L’annonce a été faite ce mardi 10 avril 2018 à l’ambassade des États unies à Conakry qui a servi de cadre, à la tenue d’une audio-conférence animée par Mamy Kéïta, spécialiste des questions agricoles et environnementales de l’USAID, basé à Conakry et Regina Eddy, la responsable du bureau chargé de la sécurité alimentaire de l’USAID. Le but était d’échanger avec la presse sur les défis liés à la lutte contre la chenille légionnaire d’automne en Afrique qui est un insecte ravageur de culture originaire des Amériques.

Le spécialiste des questions agricoles et environnementales de l’USAID n’a pas hésité à qualifier la chenille légionnaire d’automne en Afrique de plus « dangereuse qu’Ebola »  car selon lui, seuls trois pays de la corne de l’Afrique sont encore épargnés par les chenilles ravageuses.

« Ils se déplacent en grand nombre et à une vitesse de 100 kilomètres par nuit. La femelle dépose une ooplaque de 50 à 200 œufs qui éclosent dans un délai de 2 à 3 jours. C’est une véritable armée dont il est difficile de contraindre, surtout quand on sait que la femelle de la chenille légionnaire d’automne peut pondre jusqu’à 1000 œufs au cours de sa vie » s’est alarmé Mamy Kéïta.

Il explique que la Guinée n’est pas épargnée par ce phénomène « toutes les régions de la Guinée sont déjà touchées par ce nuisible insecte, on ne se rend pas compte puisque la pluie n’a pas encore commencé. Dès le début des pluies, ils commencent à sortir. Il y a au moins 30 types d’espèces végétales auxquelles ces insectes s’attaquent. Mais, le véritable problème est leur identification » déplore-t-il.

Malgré la complexité liée à la lutte contre ces insectes ravageurs, il estime que des pistes de solution sont envisagées, notamment  la formation des cadres et agents de protection des denrées et des végétaux, la prospection et le dépistage, le renforcement des capacités des réseaux d’informateurs en l’occurrence les journalistes et communicateurs traditionnels, l’équipement des brigades de surveillance préfectorales, la fourniture des pièces de phéromone (un produit chimique moins toxique) entre autres.

D’après les statistiques avancées par la responsable du bureau chargé de la sécurité alimentaire de l’USAID, Regina Eddy, les experts en agriculture estiment les dommages causés par la chenille légionnaire d’automne en Afrique à plus de 13 milliards de dollars sur les cultures dans les pays africains.

Elle estime à plus de 30 pays d’Afrique dans lesquels les insectes ravageurs se sont répandus et sur le plan économique, elle évalue à des milliards de dollars de dommages qu’ils pourraient causer à plus de 80 cultures différentes (y compris les aliments de base comme le maïs et le riz) et exposer ainsi des centaines de millions de personnes à la famine.

Pour plus d’informations sur la chenille légionnaire d’automne cliquez sur ce lien : http://www.fao.org/3/a-i7471f.pdf

pour la gestion des ravageurs et des maladies en agriculture biologique suivre ce lien : http://teca.fao.org/fr/read/8575

Mamadou Aliou Diallo        pour   Agronews Guinée

dialloaliou351@gmail.com

Tel : 623 69 58 01

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here