Gestion du secteur des pesticides : ouverture à Conakry de l’atelier de mise en place du comité d’homologation

0
767

Dans le cadre de l’harmonisation des règles régissant la gestion des pesticides dans l’espace CILSS/CEDEAO, la ministre de l’agriculture, Mariam Camara, a officiellement procédé au lancement ce mercredi 11 avril 2018, de l’atelier de mise en place du comité national de gestion des pesticides en Guinée (CNG-P)en présence des experts de la FAO et de l’OMS avec l’appui technique des experts du comité sahélien des pesticides. .

Mis en place par arrêté interministériel des différents départements concernés (agriculture, environnement, santé, élevage, commerce, budget, etc…) pour la gestion des pesticides, le CNGP-G aura la lourde tâche de contrôler l’importation, la gestion et l’utilisation des pesticides en Guinée.

Dans son discours d’ouverture, madame la ministre de l’agriculture, a déclaré que les pesticides constituent des dangers potentiels pour les êtres vivants et pour l’environnement, lorsqu’ils sont mals utilisés et souvent, selon elle, c’est ce qui arrive lorsqu’on veut lutter contre des maladies liées à des pandémies ou les nuisibles mangeurs des cultures.

« La circulation des pesticides non homologués de provenances douteuses et par des entités non autorisées constitue un défi à relever pour notre pays et l’ensemble des pays de la région ouest-africaine. Les inconvénients majeurs auxquels, on assiste sont ceux liés aux intoxications et aux contaminations des nappes phréatiques et ce sont des pertes en vies humaines, des pertes en parts de marché, des perturbations de l’écosystème entraînant donc l’augmentation de la pauvreté et de l’exode rural » a-t-elle regretté.

Ce sont ces constats, d’après elle, qui ont amené les dirigeants de l’espace CEDEAO à confier aux ministères en charge de l’agriculture, la tâche de gestion des pesticides pour rendre ces produits plutôt utiles à l’homme et à l’environnement. c’est dans ce cadre que la mise en place de comités d’homologation des pesticides en Afrique de l’Ouest est utile et urgente » a-t-elle laissé entendre.

Elle a enfin exhorté les membres du CNGP-G à se remettre en cause et à travailler dès maintenant en équipe afin que, de vos travaux naissent des documents applicables pour les différentes parties prenantes.

M. Kourouma, le représentant DU CILSS en Guinée a déclaré en substance au cours de cet atelier de mise en place du CNGP- G que l’objectif sera de lutter contre la prolifération et l’anarchie dans l’importation et l’utilisation des pesticides en Guinée.

« Dans un pays où il pleut comme le nôtre, ces quantités immenses de polluants peuvent être disséminées à des endroits éloignés du lieu où on a mal stocké ou mal utilisé ces pesticides sans compter les animaux qui sont également exposés et, consommer ces produits agricoles qui sont surdosés de produits chimiques sont dangereux pour la santé »

« Jusqu’à présent, il y avait une relative liberté sur le contrôle des pesticides, chacun faisait ce qu’il veut, donc la mise en place de ce comité répond à un impératif de réglementation du secteur de la gestion de ces pesticides, en terme de normes, de quantité, de mode d’utilisation,  en empêchant que des pesticides inappropriés, impropres et qui sont déjà interdits dans d’autres pays ne viennent en Guinée, pour protéger la santé des populations » a alerté le cadre du CILSS.

Le CNGP-G est composé de membres représentants des départements et structures relevant des ministères de l’agriculture, de la santé, du commerce, de l’environnement, de l’élevage, etc ….

Mamadou Aliou Diallo         pour   Agronews  Guinée

dialloaliou351@gmail.com

Tel : 00 224 623 69 58 01 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here