Mise en place du comité de gestion des pesticides : l’avis d’un expert, Mamadi Hawa Camara, ingénieur agronome

0
818

Il est membre du comité national de gestion des pesticides (CNGP-G) en tant que représentant de l’association nationale des ingénieurs agronomes de Guinée et consultant pour la société d’importation d’intrants SAREF International.

En marge de la cérémonie officielle de lancement de l’atelier de mise en place du comité national de gestion des pesticides, nous avons recueilli ses impressions sur l’institution du CNGP-G.

AG : quel est selon vous, le bien-fondé de la mise en place de ce comité ?

MC : Le comité permet de gérer les pesticides dans le pays parce qu’un pays qui importe ce genre de produits,  il est nécessaire de contrôler le circuit par la réglementation et la normalisation. Dans un pays où près de 70 %  de la population est analphabète, où des gens qui n’ont aucune notion de la gestion des pesticides , où le paysan passe la nuit avec le produit dans sa maison, où le paysan utilise le produit sur le terrain sans pouvoir se protéger, où des personnes importent parfois des produits qui ne sont pas homologués, où les produits entrent par les frontières, il faut un comité national de gestion, sinon le pays sera un pays de dépotoir et c’est ce qu’il faut absolument éviter.

AG : Qu’est-ce qui a fait que la mise en place de ce comité a un peu traîné ?

MC : La Guinée n’est pas en retard, lorsque vous prenez par exemple l’Afrique de l’Ouest, il n’y a que deux pays qui ont un comité de gestion des pesticides, c’est le Togo et le Bénin. Ce que les autres n’ont pas fait en 10 ans, la Guinée l’a fait en une année, c’est un progrès donc qu’il faut relever. Il faut saluer l’engagement  du ministère de l’agriculteur et la volonté du chef de l’État, le président Alpha Condé qui a facilité la mise en place de cette structure sur les pesticides qui est très importante pour notre agriculture mais aussi la santé de nos populations.

AG : Quelles seront les principales prérogatives assignées à ce comité ?  

MC : Ce comité aura la charge de gérer les pesticides sur le territoire national à propos de l’homologation pour l’importation, à propos du choix même de sélection des gens qui doivent importer dans Le pays, car il ne sera plus autorisé n’importe qui à importer des pesticides en Guinée, donc ça veut que cette structure va baliser le terrain à toutes ces questions-là.

AG : Qu’allez-vous faire pour sensibiliser les paysans qui sont dans leurs écrasantes majorités des analphabètes ?

MC : Ce sera le travail des conseillers agricoles, des importateurs et distributeurs des pesticides, ce sera le travail de tout le monde, tous ceux qui évoluent dans le secteur agricole, notamment des pesticides,  tout le monde doit se mettre à la tâche pour pouvoir enseigner au monde rural la gestion des pesticides.

Propos recueillis par Mamadou Aliou Diallo   pour Agronews  Guinée

dialloaliou351@gmail.com

Tel : 00224 623 69 58 01 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here