Union pour le développement agricole en Guinée

0
421

Qui sommes nous?

L’ U.D.A.G.C, c’est une association, mais c’est avant tout une volonté.

Une volonté non pas de déranger les hippopotomonstrosesquippedaliophobiaques  avec un nom à rallonge que l’on exhibe fièrement, mais d’établir un projet humanitaire concret simultanément à taille humaine et ambitieux en Afrique de l’Ouest.

Crée officiellement en 2013, mais officieuse depuis 2011, l’association a pour but de travailler au développement d’un village guinéen de plus de 600 âmes: Yonyah, dans la préfecture de Dubréka. Le choix du village n’est pas dû au hasard, mais bel et bien grâce à un attachement sentimental du Président Fondateur de l’UDAGC Alsény Bangoura, natif du village de Yonyah et vivant sur Toulouse depuis 32 ans. Ce dernier disposant de la connaissance des lieux, des personnes et d’atouts fonciers possède en conséquence d’un grand nombre de leviers indispensables à l’analyse et la mise en œuvre d’un projet d’aide au développement.

 

La Guinée Conakry

 

Rappelons que la Guinée Conakry est un pays de l’Afrique de l’Ouest, grande comme la moitié de la France et peuplé de 10 millions d’habitants. Bordé par l’Océan Atlantique, il est entouré par la Guinée Bissau, le Sénégal et le Mali au nord, par la Côte d’Ivoire à l’Est, et par la Sierra Leone et le Liberia au Sud. Au bord du golfe qui porte son nom, ce château d’eau de l’Afrique de l’Ouest n’a jamais connu de démocratie depuis son indépendance. La population civile a eu du mal à se construire durant les 26 ans de dictature de Sékou Touré, mort en 1984 puis sous la présidence de Lansana Conté. Au décès de ce dernier, fin 2008, une junte militaire conduite par le capitaine Massa Dadis Camara s’est emparée du pouvoir, et il provoque un bain de sang, fin 2009, lorsqu’il fait tirer sur une manifestation qui s’oppose à sa candidature aux élections de 2010. Et, depuis novembre 2010, à la suite de la première élection libre depuis l’indépendance, Alpha Condé est élu à la tête du pays, dans la contestation.

http://www.rcf.fr/radio/rcf29/emission/125575/146556

Deuxième producteur mondial de bauxite ou minerai d’aluminium, la Guinée-Conakry abrite des réserves étendues d’or, diamants, cobalt, pétrole, uranium, cuivre…
Musulmans à 85 %, ses 10 millions d’habitants ne profitent pas de cette manne peu exploitée, à l’exception de la bauxite. Ils vivent principalement de cultures vivrières.

http://ccfd-terresolidaire.org/projets/afrique/guinee/guinee-conakry-2934

 

Le village de Yonyah

 

Le village de Yonyah est situé dans la commune de Wassou, département de Dubréka, en Basse Guinée. Il croise la route du fleuve Koukouré, ressource bienfaitrice qui arrose toute la Guinée maritime jusqu’à Conakry.

 

guinéeCarte_jpg.jpg

 

Là-bas, malgré la présence non négligeable de terres arables, l’autosuffisance alimentaire et sanitaire des villageois n’est pas atteinte. L’espérance de vie y est limitée suite à l’épuisement des travailleuses et travailleurs dans les champs, utilisant uniquement la Daba (outil manuel servant à labourer le sol), la pioche et la machette sont des outils qui servent à débroussailler.

L’accès à l’eau potable pose problème en saison sèche en raison de l’absence d’adduction sur une partie du village, forçant femmes et enfants à la transporter manuellement des journées entières. Il n’existe pas de pratique de valorisation ni de pratique raisonnée d’assainissement.

L’instruction des jeunes gens est assurée par trois instituteurs dans trois classes de quatre-vingt enfants en moyenne jusqu’à l’âge d’entrée au collège. Beaucoup d’enfants restent au village pour aider leurs parents dans les champs car ils n’ont pas les moyens de les envoyer ensuite suivre leurs études secondaires dans une autre ville de la région.

 

Les habitants du village, malgré leur bonne volonté, sans moyens et sans aide, sont condamnés à ne pas voir arriver le progrès. L’objectif premier de l’UDAGC est donc d’accompagner la communauté villageoise de Yonyah à une autonomie maximale et à l’autosuffisance vivrière. Conscients de la fragilité de leur condition de vie, les habitants de Yonyah ont décidé en 2011 de se regrouper sous la forme d’une coopérative afin de mettre en commun leurs moyens et engager des efforts collectifs pour réaliser des transformations visant à leur garantir une réelle autosuffisance. Pour atteindre ces objectifs, nous avons besoin d’une aide humanitaire internationale que nous avons choisi d’établir sous la forme d’un partenariat.

 

Notre démarche

 

Pour améliorer réellement les conditions de vie des habitants il est proposé d’agir sur trois directions distinctes :

  • constituer une mission d’étude sur le long terme permettant de capitaliser des connaissances, des savoir-faire et des données de terrain qui permettront d’évaluer la faisabilité de concevoir les actions et de mesurer leur impact en terme de résultats pour les habitants.
  • établir sur place l’équipement minimal permettant d’accueillir les intervenants extérieurs et d’engager les premières étapes de l’effort de développement agricole.
  • mettre en place des projets agricoles avec leurs méthodologies de développement durable en fonction des choix des habitants pour pouvoir suivre les évolutions et les impacts dans la durée.

 

Il s’agira pour l’intervention extérieure d’accompagner un projet, en tenant compte des attentes des habitants, en apportant des moyens matériels, financiers, d’expertise, de partage des savoirs et d’expériences, en particulier en terme de performance sociale et environnementale.

Ce projet pourra constituer une base de transfert pour le déploiement de projets du même ordre avec d’autres communautés en Guinée ou ailleurs.

 

Les domaines d’action 

 

  • promotion de l’égalité et des droits des femmes dans le projet agricole
  • encouragement aux pratiques démocratiques et collaboratives
  • mise en place de dispositifs éducatifs complémentaires
  • amélioration de l’équipement collectif
  • recouvrement et développement des connaissances sur le milieu naturel local
  • mise en œuvre de techniques agricoles écologiquement performantes
  • développement de machineries à traction animale
  • formations des jeunes à la maintenance de ces équipements, qui formeront d’autres jeunes à l’avenir.

D’autres actions possibles:

  • mise en place d’équipements de fourniture d’énergie hydraulique

 

Un inventaire de propositions de pistes concrètes d’action a été soumis à l’appréciation des habitants de Yonyah à l’hiver 2012 à l’occasion d’une assemblée générale de «L’Union pour le Développement de Yonyah».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here