RAG 2019 : entretiens croisés avec des hommes d’affaires français aux rencontres d’affaires de Conakry

0
599
De de la droite vers la gauche, Pierre Marie Hebert, Directeur de l'union portuaire Rouennaise, Philipe DEHAYS Vice-Président délégué de l'union portuaire Rouennaise et Fabrice Boulier de Pro Modular Building

Au cours de la deuxième convention des rencontres d’affaires Guinée 2019, les 1er, 2, 3 et 4 Avril, comme lors de la première édition, l’axe portuaire français de la seine constitué par les ports du Havre, de Rouen et de Paris, HAROPA, partenaire privilégié des RAG  étaient présents.

Plusieurs autres investisseurs français dans le domaine maritime, des BTP, de l’affrètement et des commissaires en transports étaient également à Conakry pour échanger avec les entrepreneurs Guinéens

AGRONEWS GUINEE a recueilli les motivations de quelques-uns d’entre eux.

Pierre – Marie Hebert est le directeur de l’Union portuaire rouennaise « En ma qualité de directeur de l’Union portuaire Rouannaise. Je fais partie de la délégation HAROPA une structure qui regroupe les ports de Paris, Rouen et le Havre, je fais partie de cette délégation qui dans le cadre d’un déplacement COA, a d’abord souhaité venir, en deux ans, c’est le deuxième déplacement officiel que nous faisons en Guinée. Nous avions annoncé l’année dernière au terme de notre déplacement que nous prendrons des initiatives et que des réalisations rapides seraient faites, ça été le cas puisqu’une entreprise rouennaise a depuis l’année dernière ouvert une filiale en Guinée et qui s’appelle PROMAR GUINEE ».

« L’union portuaire rouennaise regroupe toutes les forces vives du port de Rouen, les forces vives du secteur privé et systématiquement quand le port de Rouen et les ports de l’axe seine, le Havre, Rouen, Paris se déplacent et bien la délégation comprend des représentants du secteur privé et du secteur public donc les autorités portuaires en l’occurrence les gens d’HAROPA que nous accompagnons à l’occasion de ce déplacement.  L’Object de notre présence ici aux rencontres d’affaires, c’est d’une part s’inscrire dans l’action au moment où nous observons qu’il se passe quelque chose en Guinée avec un décollage de la Guinée depuis plusieurs années maintenant et nous voulons être les acteurs et les partenaires, et notre volonté c’est l’exemple d’une entreprise rouennais qui a ouvert une filiale en Guinée qui en est l’illustration, c’est aussi de favoriser et de renforcer les partenariats entre la Guinée et les ports de l’axe seine… ».

« On a la chance d’avoir un interlocuteur privilégié en la personne d’ Aly Therian qui, à l’occasion de ces rencontres économiques sur trois jours à Conakry nous a proposé qu’HAROPA saisisse cette opportunité pour se déplacer et pour promouvoir les offres de services de tous les professionnels de l’axe seine en faveur  du commerce et entre la France et la Guinée et donc voilà notre offre de service, elle concerne l’intégralité des choses qui se transporte que ce soit bien les vracs en sortie de la Guinée ; demain on espère des produits manufacturés pourquoi pas, des produits agricoles aussi et que ce soit dans l’autre sens et bien l’ensemble des produits qui sont consommés et qui sont importés par la Guinée et on a la chance d’avoir sur l’axe seine des professionnelles qui sont bien sûr d’une part sont aptes à transporter des produits issus de l’industrie européenne mais les opérateurs de l’axe seine sont aussi aptes à maitriser des flux qui viennent de l’Asie vers la Guinée, mais bien sûr qu’on est forcément tenté de privilégier les flux Europe-Guinée de prima bord mais quelquefois, c’est nécessaire de savoir opérer quelquefois aussi sur l’axe Asie-Guinée… »

Collaboration bilatérale 

L’autorité portuaire HAROPA est tout à fait ouvert à des collaborations avec le port de Conakry comme elle le pratique d’ailleurs avec d’autres ports je vais prendre un exemple précis, c’est là un partenariat qui peut concerner les autorités portuaires comme les opérateurs privés, beaucoup de trafic à destination du Mali sont maitrisés par des opérateurs économiques des commissionnaires de transports qui sont implantés sur l’axe seine, beaucoup pour ne pas dire la quasi-totalité des trafics à destination du Mali transitent par Dakar c’est paradoxale parce que les distances Conakry Bamako sont inférieures aux distances Dakar-Bamako, donc il y a là quelque chose à faire ; il y a quelques conditions à remplir pour une fluidité du passage portuaire est-ce que c’est nécessaire de faire un passage des conteneurs au scannaire sur le port de Conakry sachant qu’il existe un scannaire à la frontière entre la Guinée et le Mali ; ça suppose aussi que la route soit quelque peu améliorée et puis qu’on ait effectivement une bonne fiabilité et la certitude de ne pas avoir de contrôle ou de barrage en route, etc….mais on est convaincu que pour le port de Conakry ça va être quelque chose de très significatif qu’il y a donc une bonne opportunité au profit de Conakry de mieux desservir le Mali et je répète que les autorités portuaires de l’axe seine et les opérateurs privés sont prêts à travailler dans ce sens-là parce que ce sont des intérêts communs, ce qui passera par Conakry sera bon pour Conakry et si on passe par Conakry en utilisant des délais plus brefs parce que les distances sont plus courtes et bien l’offre de service offerte par les chargeurs européens à destination de la Guinée se trouvera améliorée. Si on passe par Conakry et donc les compétiteurs de la commission transport de l’axe seine auront une offre améliorée si on arrive à passer par Conakry, voilà c’est un exemple très concret qui est complètement à l’ordre du jour et ce matin on a été reçu par le directeur général de la douane qui nous a confirmé tout l’intérêt que les autorités portuaires et les privés accordent à cette problématique de la déserte du Mali via Conakry préférentiellement via une desserte via Dakar.

Philipe Dehays est le vice-président délégué de l’Union portuaire Rouennaise

« L’année dernière, on avait pris des engagements précisément en avril 2018 lors de la dernière convention d’affaires qui a été présidée par Aly Therian on a avait pris l’engagement de s’occuper de la Guinée, de revenir et d’apporter notre aide développement, donc c’est ce qu’on a pu faire puisqu’il  y’a des choses qui ont été déjà faites et qu’on créent au fur et à mesure, donc cette deuxième convention va permettre encore de renouer d’autres liens enfin qu’il y’ait une vraie coopération  qui s’installe avec Paris Rouen, le Havre en ce qui concerne les trois ports que nous représentons ici à travers HAROPA et aussi avec les administrations locales, les importateurs, les industriels, c’est un peu l’Object de notre visite donc globalement on est plutôt satisfait et puis on sent qu’il y’a une envie aussi de la part des autorités guinéennes de nous accompagner dans ces projets de développement et entre  Paris et Conakry je crois qu’il y’a un partenariat en cours de validation mais nous on s’intéresse beaucoup plus au secteur privé parce que c’est ce que nous essayons de développer… »

« Promaritime, c’est un groupe de transport maritime affréteur de navires, représentation de ligne régulière et commissionnaire en transport plutôt spécialisé dans les projets industriels les colis lourds, mais aussi avec des départements qui sont capables de faire du groupage en conteneurs accompagné etc…. donc nos groupes se développent et puis on a pensé que le marché africain, il ne fallait pas le mettre de côté, le marché francophone en particulier, donc on a commencé par le Gabon, la Côte d’ivoire , et maintenant on a monté une structure basée en Guinée Promar Guinée, on est enregistré au ministère du commerce de la Guinée…. ».

Alors des flux on les a pas encore mais on sait où on va les trouver et on va donc amener notre savoir-faire dans la logistique et dans l’affrètement auprès des décideurs guinéens et actuellement on est en train de travailler sur les premiers affrètements, des premiers lots de groupage de centenaires, on s’aperçoit qu’il y’a une vraie demande en ce qui concerne la compétence et la formation dans nos métiers et donc on est prêt aussi à accompagner les Guinéens dans les perspectives de formation et de projet de formation.

Fabrice Boulier est directeur de la société PRO MODULAR Building

« Notre spécialité, c’est la vente d’ensemble de constructions modulaires spécialement dédiées pour différentes besoins qui peuvent être des salles de classe, des hôpitaux, des logements pour refugiés, des centres de soins d’urgence et également des bureaux, des bases vies minières, c’est très  opérationnel avec un délai d’installation qui est extrêmement rapide… nous sommes opérationnelles sur la France bien entendu, sur le Maroc puisque notre site d’assemblage se trouve au Maroc et on a fait déjà quelques installations dans une vingtaine de pays en Afrique pour différents projets, des clients comme Bouygues…. ».

« Dans le cadre de la Guinée pour l’instant nous avons un seul projet en cours mais pas d’installations spécifiques,  le but de notre présence ici aux rencontres d’affaires de Conakry c’est pour mieux nous faire connaitre, et d’après les quelques visites, on se rend compte qu’il y’a beaucoup de choses à faire, beaucoup de choses à proposer pour améliorer le cadre de vie des Guinéens…. ».

Propos recueillis par Mamadou Aliou Diallo, Responsable communication aux RAG 2019

AGRONEWS GUINEE

Tel : 623 69 58 01

Email : dialloaliou351@gmail.com   

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here