DALABA : tenue de la deuxième édition du CRADER-Mamou

0
79

Les travaux de la deuxième (2ème) édition des journées de concertation régionale des acteurs de développement rural de la région administrative de Mamou (CRADER-M) se sont déroulés les 16 et 17 juillet 2019 à Dalaba sous le thème « tous ensemble pour une intervention optimale dans une synergie d’action concertée, profitable à toute la paysannerie agricole de la région administrative de Mamou ».

Comme lors de la précédente et première édition dans la région administrative de Mamou, l’acte II du CRADER-M organisé par la direction régionale de l’agriculture (DRA) de Mamou grâce à l’appui financier de l’Agence Belge au développement, ENABEL, avait pour but d’harmoniser les interventions des différents acteurs, identifier les goulots d’étranglement et proposer des approches de solutions durables.

La cérémonie d’ouverture de la seconde édition du CRADER-M a mobilisé les autorités régionales, en l’occurrence, le directeur  de cabinet du gouvernorat, représentant le gouverneur de la région de Mamou, qui était accompagné par les préfets de Dalaba, Pita et le Secrétaire Général chargé des collectivités décentralisées de Dalaba ainsi que des directeurs préfectoraux de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche de la  région de Mamou.

Au total, plus d’une cinquantaine de participants venant des différents services déconcentrés des 4 départements du développement rural (agriculture, élevage, environnement, pêche et aquaculture), les Chambres d’agriculture, les ONG nationales et internationales, les Projets et Programmes, les centres de recherche (IRAG, ANPROCA) ; le génie rural ; les Organisations paysannes intervenant dans le secteur au niveau de la Région(fédération des paysans du fouta Djallon, union, union des groupements agricoles de soumbalako,….. ) ; les fournisseurs d’intrants agricoles ; les personnes ressources ; les représentants des élus locaux et la presse ont pris part à ce deuxième CRADER-M.

Le Secrétaire Général chargé des collectivités décentralisées de Dalaba M. Dopavogui a, au nom de Monsieur le préfet de Dalaba, exprimé sa satisfaction de voir se tenir dans sa juridiction, les travaux des présentes journées de rencontre des acteurs du développement rural.

Après les souhaits de bienvenue, Monsieur le Directeur de cabinet, représentant le gouverneur, a procédé à l’ouverture solennelle des travaux des journées de concertation des acteurs de développement rural de Mamou en s’exprimant en ces termes :  « J’ose affirmer qu’une pareille rencontre est bien l’un des instruments précieux de mise en œuvre de la politique nationale du développement agricole (PNDA) qui est en parfaite harmonie avec le programme national d’investissement agricole, de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) » tout en formulant le souhait d’institutionnaliser cette concertation régionale.

Ces deux jours de concertations ont été rythmés par des présentations de bilans des interventions de chaque acteur, les défis et les difficultés rencontrés par chaque acteur et des débats autour des différentes actions menées, sanctionnés par des approches de solutions à travers des recommandations.

Il ressort de cet exercice, notamment que sur les 9 recommandations de la première édition du CRADER-M, c’est seulement deux qui n’ont pas encore connu d’exécution soit un niveau d’exécution de près de 80 %.

Au sortir des deux jours de travaux, le directeur régional de l’agriculture de la région administrative (DRA) de Mamou, a livré ses impressions au micro d’AGRONEWS GUINEE : « Nous avons initié depuis l’année dernière, les concertations régionales, l’objectif, c’est de rassembler tous les intervenants du secteur agricole de la région , c’est à dire les services techniques, les projets et programmes, les groupements, les fédérations faitières afin qu’on arrive à écouter, tout un chacun dans ses activités pour savoir qu’est-ce qu’il est en train de faire, s’il y’a quelque part des duplications, qu’on puisse ensemble lever ces duplications afin que chacun puisse évoluer à la satisfaction de la seule cible qui est l’OPA et le paysan ; à côté de ça, il y’a une multitude de partenaires qui viennent, on doit pouvoir savoir ce que chacun fait ; si on trouve que ces activités vont en droite ligne avec la politique nationale agricole , on les encourage si par contre, on trouve qu’il y’a des duplications, des interférences, on corrige ensemble sans qu’aucun ne soit frustré dans ses activités, donc pour moi c’est une très grande satisfaction de voir près de soixante participants ici au tour de la table pendant quarante-huit heures pour échanger. Chacun dit ses problèmes et dans la même salle, on fait des propositions de solutions et on fait des recommandations et ensuite on connait le plan d’action de chaque service régional, on connait les activités de chaque intervenant ; comme vous l’avez suivi il y’a eu des discussions à l’issue desquelles il y’a eu des recommandations, donc pour moi c’est la seule manière de stabiliser le développement rural, donc chacun dans son secteur trouve son compte, je souhaite donc que le bon Dieu nous donne la force pour que chaque année de telles rencontres aient lieu afin qu’on puisse harmoniser les activités des différents intervenants dans le secteur rural… » a souhaité, Mamadou Diao DIALLO, le DRA de Mamou.  

Pour sa part, le responsable du nouveau programme entreprenariat agricole à ENABEL, s’est dit satisfait des avancées enregistrées au cours des concertations et mis l’accent sur la nécessité de mutualiser les efforts : « Je crois que globalement l’atelier s’est bien déroulé, il y’avait beaucoup de questions et de thèmes qui étaient mis en débats, ça été relativement intense, je pense que globalement les objectifs qui étaient assignés à cet atelier ont été atteint….Maintenant de façon générale, c’est que la difficulté dans ce genres d’exercices, c’est arriver à la fois à toucher et satisfaire tous les intervenants mais aussi à rebondir sur des recommandations qui elles-mêmes, peuvent être mises en œuvre dans un délai raisonnable……Je pense que comme je le disais tantôt la difficulté, c’est arriver vraiment à ne pas se disperser, quand on fait ce genres d’exercices, il faut que l’exercice soit suffisamment mobilisateur pour l’ensemble des parties prenantes, mais aussi que les gens aient un réel intérêt à participer et qu’ensuite le fonctionnement de ce genre de concertation puisse être facilité, c’est dans ce cadre qu’intervient ENABEL on est disposé à poursuivre cet appui et parallèlement, je pense qu’il est important qu’une réflexion soit engagée et voir dans quelle mesure d’autres ressources peuvent être mobilisées selon un format déterminé pour justement faciliter la réalisation de ce genres de concertation… » a souligné Amadou DIALLO.

Au compte des recommandations, actions prioritaires ont été identifiés et dont l’exécution a été assignée aux acteurs concernés il s’agit de :

  1. Inviter les directeurs régionaux à formuler des requêtes en direction des départements pour le recrutement des nouveaux agents pour les services déconcentrés entendu que le personnel actuel est vieillissant et insuffisant ;
  2. Prévoir des mesures correctives pour les épidémies éventuelles (IRAG)
  3. Large diffusion des codes de l’environnement dans les langues du terroir (DR Environnement)
  4. Prendre des mesures idoines pour limiter l’utilisation abusive des bois de chauffe (DR Environnement)
  5. Inviter le DR environnement à proposer à son département de soumettre à l’assemblée nationale une loi pour limiter la production des sachets plastiques. 
  6. Elargir l’exemple du RGTA-DI dans la gestion de l’eau (redevance) sur tous les périmètres aménagés dans la Région (projets programmes)
  7. Renforcer les mesures de luttes contre les principales maladies et ennemies des cultures (IRAG/DRPV/DS)
  8. Un appel solennel est fait au comité ad hoc pour la mise en pratique et le suivi des recommandations des présentes sessions ;
  9. La session demande aux coordinateurs des projets et programmes d’associer les chefs services techniques avant toute décision
  10. La session soutient et félicite l’initiative présidentielle par rapport au café arabica et sollicite un appui financier pour la démultiplication de ces pépinières communautaires (point focal)
  11.  La session recommande de revoir la duplication du financement au niveau du canal d’amener (Directeur CPH)
  12. La session recommande au respect des contrats signés avec Enabel
  13. La session recommande à l’OMVS d’impliquer les responsables des services techniques et les autorités régionales et préfectorales dans leurs interventions au niveau de la région
  14. La session demande à la FPFD de prendre contact avec PDRI pour les cas de désenclavement des zones de production (pistes rurales) et la construction des magasins de stockage ; 
  15. La session invite l’IRAG pour promouvoir une lutte intégrée contre la teigne de la pomme de terre et du chou pommé ;
  16. La prochaine session de CRADER se tiendra à Pita

Après les remerciements et le discours de clôture du représentant du gouverneur de la région administrative de Mamou, le directeur régional de l’agriculture de Mamou a proposé que le prochain CRADER se tienne l’année prochaine dans la préfecture de Pita.

Mamadou Aliou DIALLO, envoyé spécial à Dalaba pour AGRONEWS GUINEE/DRA-Mamou/ENABEL

Tel : 00 224 623 69 58 01

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here